Lettre à un ami peintre.

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Arnaud Ruiz aime peindre.

Le verbe peindre a plusieurs acceptions et c’est cet aspect d’universalité qui me fait le choisir à celui d’artiste peintre.

Peindre, pour Arnaud, c’est décrire, conter, raconter, montrer, dessiner, et…au-delà, imaginer, voir…plus loin, aller encore plus loin….Arnaud le coureur de fond ! Je ne peux pas affirmer que j’ai bien connu Arnaud Ruiz, notre rencontre fut très courte, mais chaleureuse, amicale et empreinte de cette compréhension mutuelle qui crée des liens. Étrangement, je garde de lui une image en creux, comme si dépouillé de toutes les apparences du temps et de la société, il serait Arnaud Ruiz, celui qui… dévoile.

Son art n’est pas à la mode, il ne fait partie d’aucune école, d’aucune chapelle, d’aucune philosophie, il ne communique que par une seule langue : la peinture. Il se tient à l’écart de l’esbroufe, l’instantané, le spectaculaire, le happening, tout ce qui relève de l’artificiel, des paillettes de « C dans l’air », et… miracle du talent, son art à la fois millénaire et intemporel est stupéfiant de…modernité !

Pour autant, Arnaud Ruiz n’est ni un peintre méconnu, ni un artiste…persécuté, encore moins un peintre maudit, sa peinture s’insère dans une tradition qui se perd dans la nuit des temps, et qui, puissance de l’art divulgue dévoile le quotidien, l’immesurable, l’indéchiffrable. Comme le coureur de fond, c’est dans la solitude qu’Arnaud puise la force de créer. Comme chacun de nous, il est seul face à cette énigme qu’est l’Art, mais pour lui cette solitude va bien au-delà de la simple contemplation, elle est porteuse de réel.

J’ai de lui une œuvre magnifique où il se représente seul, au-dessus de ceux qu’il aime. Et ce n’est ni un surégo, ni une volonté quelconque de puissance, non, il s’agit bien de la solitude de l’artiste, de… tant pis, j’ose le mot, celle de « l’Élu ». Cette élection n’est pas de son fait, il y a, en chacun de nous des forces obscures, puissantes, des tropismes insoupçonnés qui nous poussent souvent malgré nous vers des issues impératives, ce qu’on appelle le Don.

Arnaud Ruiz est un peintre doué.

Il ignore et moi aussi quels chemins il empruntera à mi-chemin de sa carrière, mais le vieux prof que je suis, sait que quels que soient les péripéties de sa vie, il y a en lui une…boussole qui le conduira vers sa propre…découverte.

Bien amicalement

Julien SABBAN Professeur de Lettres.

Le Tampon (ile de La Réunion) ce samedi 30 janvier 2010

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>